Ou apprendre la permaculture

Ou apprendre la permaculture

Comment débuter dans la permaculture ?

Avant d’arroser votre jardin pour démarrer un potager en permaculture, prenez note et faites un plan, aussi difficile soit-il. Cela vous permet de limiter les pertes d’énergie dans le futur. La permaculture est une approche holistique, cette étape nécessite de considérer l’ensemble de votre propriété.

Le paillage du sol est aussi souvent utilisé pour préparer le sol en permaculture. C’est une méthode recommandée pour fournir de la chaleur au sol, protéger les plantes et maintenir l’humidité. En paillant le sol, vous pouvez réduire l’irrigation du jardin jusqu’à 40 %.

L’automne est le meilleur moment pour faire de nouveaux jardins, car le sol aura tout l’hiver pour s’améliorer.

Quelle surface pour vivre de la permaculture ?

Au dessus de 300 m², le potager est vraiment amélioré mais si vous voulez être complètement indépendant, il faut compter 500 à 600 m². Il permet de cultiver des légumes tout au long de l’année et de faire des réserves pour l’hiver grâce au stockage et au refroidissement.

On compte généralement une superficie de 50 m² par personne pour se procurer un lot de légumes « de saison » (hors conserves) ; Cela signifie qu’un potager de 100 m² vous donne la quantité nécessaire pour deux personnes une grande partie de l’année, ou un bon complément s’il y a plus de 2 personnes.

Dans un monde idéal, une superficie d’environ 32 mètres carrés (345 pieds carrés), soit 4 m sur 8 m (13 pieds sur 26 pieds), serait généralement suffisante pour y vivre (presque). tous les légumes que la famille mange. personnes de la fin du printemps jusqu’à l’automne.

Plus le potager est grand, dans la limite des besoins de la famille, meilleure est l’école. Quant au niveau 5, pas des moindres, c’est une question de caractère. Pour qu’un jardin fruitier soit réussi, il est important que le jardinier développe une bonne attitude.

Quels sont les inconvénients de la permaculture ?

Le travail ci-dessous montre qu’il faut environ 1000 m2 à 1500 m2 de cultures pour nourrir un être humain (céréales, oléagineux, légumes et fruits). Elle repose sur un objectif de production d’un kilogramme de nourriture par jour et par personne.

Quelques constantes : Ne laissez pas le sol vide : vous pouvez utiliser tous les déchets du jardin : branches, paille, foin, paille, mauvaises herbes, fumier, feuilles mortes… ou semer de l’engrais vert.

Pourquoi carton en permaculture ?

Le papier peut être utilisé efficacement comme couvre-sol pendant la saison hivernale pour éviter le lessivage des nutriments dû aux fortes pluies. Le sol qui reste ouvert sous ce type de paillis se décompose en quelques mois et est très apprécié des vers de terre.

Un carton brut, sans peintures transparentes, peut remplacer le paillage traditionnel. Répandu sur une pelouse, il permet de désherber sans retourner le sol et augmente la prolifération des vers de terre.

Pour un même volume, le carton aura plus de matière carbonée que le papier (il pèse plus). De plus, les morceaux de carton fourniront une structure d’air au compost avant qu’il ne commence à se décomposer, tandis que le papier peut empêcher l’air de passer à travers.

Quel type de bois pour permaculture ?

Différents bois sont utilisés pour les piles. Il doit être en bois dur. De bons exemples de bois comprennent le chêne, l’érable, le cerisier et le noyer. Ces conceptions sont durables et dureront des années.

Douglas : toujours dans la famille des conifères, et proche du mélèze, on retrouve le Douglas. Le lit de légumes Douglas non traité est un produit naturel. C’est l’un des types les plus utilisés. Pin : un type allongé mais dont le cœur ne peut pas séparer le cœur de l’aubier.

Le pin, le mélèze, le douglas, le thuya géant, le châtaignier et le chêne représentent une bonne adaptation pour les revêtements extérieurs, même sans traitement. Le chêne blanc et l’épicéa auront besoin de protection pour durer dans le temps.

Quels livre choisir pour commencer un jardin en permaculture ?

Faites un plan pour choisir l’emplacement de votre potager : sur un plan d’aménagement, notez les ombres, les trajectoires du vent, les trajectoires du soleil. Préparez votre terrain : rendez-le fertile, nourrissez-le avec du compost, du fumier et du paillis.

Si vous souhaitez semer, ameublir puis casser la terre avec une Grelinette ou une Campagnole, ou un simple sabot si la terre est très meuble ; Si vous souhaitez planter : creusez votre trou de plantation et remplissez-le de terreau bien décomposé.